Le loris grêle, un petit primate en danger d’extinction

Le loris grêle, un petit primate en danger d’extinction

De nombreuses espèces animales sont en voie de disparition dans le monde. Parmi elles, le loris grêle attire l’attention depuis quelques années. En effet, l’extinction de l’animal serait liée à sa popularité fulgurante en quelques années. Retrouvez plus de détails dans cet article.

Le loris grêle : quel est cet animal craquant ?

Le loris grêle est une espèce d’animal en voie d’extinction. Il s’agit d’un petit primate dont la taille ne dépasse pas les 256 mm et qu’on rencontre principalement dans les forêts et les milieux tropicaux. Son espèce est connue pour vivre dans les arbres. Il a de grands yeux et possède la particularité de ne pas avoir de queue. Le loris grêle se nourrit d’insectes, comme beaucoup d’animaux. Cependant, il se démarque en consommant aussi les insectes à la senteur et au goût repoussant, tels que les punaises.

A lire également : Utiliser un enrênement pour muscler son cheval : Techniques

En plus d’être insectivore par nature, cet animal se nourrit aussi de fruits, de petits vertébrés tels que les lézards et enfin d’œuf. Fait encore plus remarquable chez cette espèce en voie de disparition, elle sécrète une toxine qui fait que sa morsure est empoisonnée, aussi bien pour ses proies que pour ses prédateurs. Le loris grêle est très rare puisqu’elle est en voie de disparition.

Comment le loris grêle est-il passé devant le feu des projecteurs ?

Le loris grêle se fait connaitre au public en 2009 quand un internaute poste une vidéo sur YouTube. On remarque l’animal qui se fait chatouiller et apprécier le geste. C’est donc cette séquence, très aimée par nombre de personnes, qui a rendu cette vidéo virale sur le web. La vidéo a fait que certains internautes ont voulu posséder leur propre animal. De fait, la bête a été sujette de braconnage. Le primate est passé en quelques jours d’animal inconnu à source d’or pour de nombreux trafiquants.

A lire également : Les astuces technologiques pour mieux prendre soin de ses animaux de compagnie

Le loris grêle est donc capturé et vendu sur les bords de routes, dans les marchés contre 25 dollars dans des pays comme l’Indonésie. Sur Internet, le loris grêle est même vendu jusqu’à 2 500 dollars. Cette vente illicite de la bête à favoriser son extinction.

Que retenir de la menace d’extinction du primate ?

Le loris grêle possède un moyen de défense spécial qui le démarque des autres animaux. En effet, lorsqu’il se sent en danger, le primate lève les bras et produit du venin grâce à une glande  qu’on retrouve au sein des coudes. L’animal se l’enduit après sur les dents, ce qui lui permet de toucher mortellement ses adversaires. De fait, lorsque l’animal lève les bras, ce n’est pas nécessairement une manifestation de plaisir. Il peut simplement être question de peur et ce geste lui permet de sécréter son venin. Informés de ce fait, les braconniers ont alors pris des mesures drastiques envers l’animal. Désormais, ils taillent les dents de la bête, ce qui entraine quelquefois des hémorragies, de même que des infections.

Plusieurs loris perdent ainsi la vie avant même d’être vendus. Par ailleurs, le stress dû au transport augmente aussi leur taux de mortalité jusqu’à un taux de 90 %. Outre les menaces du braconnage, le loris est un animal qui est maltraité. En effet, il est une espèce nocturne qui passe une grande partie de sa journée à dormir en groupe. Il ne chasse donc que la nuit. Ainsi, les lumières artificielles telles que celles des appareils (ordinateurs, télévisions, etc.) sont trop violentes pour lui. Par ailleurs, lorsqu’il est à l’état sauvage, il parcourt plusieurs kilomètres pour trouver sa nourriture. Mais en cage, cet exercice physique est éliminé, ce qui accroit les chances d’obésité.

Quelle campagne de défense pour protéger le primate ?

Le loris grêle est inscrit depuis 2018 sur la liste rouge de l’IUCN comme une espèce animale menacée d’extinction. Une campagne de sensibilisation sur Internet a été lancée en 2015 par l’association Animal International Rescue. Nommée Ticking is Torture., ce qui signifie « les chatouilles sont de la torture », cette campagne est une sorte de pétition suivie de vidéo dénonçant le sort réservé aux loris qui sont domestiqués.

Les principales menaces pesant sur le loris grêle et comment y remédier

Les principales menaces qui pèsent sur le loris grêle sont la chasse et le trafic illégal pour répondre à la demande de commerce des animaux exotiques. Les habitants locaux, notamment les tribus autochtones, braconnent ces petits primates pour leur fourrure ou leurs parties du corps utilisées dans les pratiques traditionnelles de médecine asiatique. Le loris est aussi victime de son apparence mignonne qui attire les touristes en quête d’un selfie avec un animal sauvage.

Afin de protéger cette espèce animale en danger d’extinction, plusieurs mesures doivent être prises. En premier lieu, il est nécessaire de sensibiliser la population locale et touristique sur l’importance de préserver cet animal fragile. Des campagnes internationales telles que ‘Ticking is Torture’ ont déjà commencé ce travail crucial.

Il faut renforcer les efforts visant à faire respecter les règles contre la chasse et le commerce illégal des lorris grêles par une intensification des contrôles douaniers aux frontières nationales ainsi que par une collaboration plus étroite entre différents pays impliqués dans ce commerce.

De manière complémentaire, il serait souhaitable que chaque individu prenne conscience des conséquences néfastes d’une capture ou détention d’un animal sauvage chez soi comme animal domestique.

C’est seulement ensemble qu’il sera possible de sauver cette espèce en danger critique d’extinction aujourd’hui.

Les initiatives en cours pour protéger le loris grêle et préserver son habitat naturel

De nombreux acteurs locaux et internationaux ont pris des initiatives pour protéger le loris grêle et préserver son habitat naturel. Parmi ces dernières, on peut citer la création de réserves forestières dans les régions où l’espèce est présente, ainsi que la mise en place d’un plan de conservation.

Plusieurs associations telles que ‘Save the Loris’ ou encore ‘The Little Fireface Project’ travaillent aussi à sensibiliser la population locale sur le rôle crucial du loris grêle dans leur environnement naturel. Des programmes éducatifs sont mis en place auprès des enfants afin de faire comprendre aux générations futures l’enjeu de cette espèce menacée.

Il existe aussi des projets visant à encourager une gestion durable des ressources forestières par les populations locales qui dépendent économiquement de celles-ci. Ces projets permettent ainsi une cohabitation respectueuse entre les êtres humains et les animaux sauvages tout en assurant un développement socio-économique pérenne pour ces communautés.

Malgré ces actions positives, il reste beaucoup à faire pour protéger efficacement le loris grêle. Pensez à bien aller au-delà du simple cadre national afin d’éviter toute forme d’exploitation abusive transfrontalière.

Ce n’est qu’à travers une action collective, coordonnée et durable que nous pourrons sauver le loris grêle de l’extinction.

Articles similaires

Lire aussi x